Arezki     Une aubaine s'offre à moi et me permet de concrétiser mes pensées et de les partager via la Toile , l'ordinateur. Après un long apprentissage, je suis parvenu à maîtriser cet outil qui, en surfant, vous apprend tout et met le monde à vos pieds ou presque. Ainsi, j'ai pu écrire un livre que j'ai édité sur l'insistance d'un ami.
    Je ne me sentais pas en mesure de réaliser un tel travail à cause des tracas de la langue composée de règles et d'exceptions à la règle ; quant au style, je remercie Dieu de m'en avoir fait don.
   Un ancien collègue de travail à qui j'avais demandé si je pouvais écrire un livre sans grande connaissance de la langue, me disait ceci: « Écoute, je te connais, tu as beaucoup de choses à dire, alors commence à les dire, le reste viendra facilement.
     Soyez audacieux, ce que vous écrivez, ne pas modifier, reformuler, censurer ou gratter. Vos pensées peuvent vous amener à un endroit magique. Il suffit de suivre et de laisser le temps mettre de l'ordre

À la gloire de nos aïeux

    À la gloire de nos aïeux (Alger- Livres éditions), un ouvrage qui traite de la réalité et du vécu, est le premier livre d'Arezki Mensous.    Cet ouvrage de 156 pages pourrait constituer un événement médiatique d'envergure par la pertinence de son contenu. Celui-ci portant sur un sujet tant rebattu de la société kabyle mérite qu'on lui marque une pause et une curiosité.
    Le livre est un régal car il n'est pas facile de raconter de manière objective son vécu sans remuer ses blessures ou tout simplement tomber dans la caricature.





Sur les sentiers de ma vie


     Ce livre retrace fidèlement certaines péripéties de faits vécus non pas en tant qu'acteur, mais des yeux d'un adolescent avide de participer à l'œuvre des adultes pendant la guerre de libération.

    Il met en relief des petits événements vitaux pour la survie. La chronologie est faite d'alternance entre la guerre et la paix. Le lecteur vivra intensément les petits détails qui avaient fait la révolution notamment les étapes d'un moudjahid déserteur de l'armée française puis repris et déserte une deuxième fois après sa réintégration pour bonne conduite à la prison.

    Aussi passionnante est la construction d'une casemate dans une totale discrétion par la femme maitresse de maison. Un autre chapitre et pas moindre était la vie journalière d'un village sous embargo encadré par un couvre-feu très restrictif entrainant la mort de quelques habitants récalcitrants, la faim et la peur pour le reste.

 

        
 3440 Vues.