nav
Arezki

Mes News

Kwarat.com, un site collaboratif pour faciliter l’administration aux Algériens le 23/07/2016 à 06h06


Impossible de ne pas le croiser sur les réseaux sociaux. Depuis une semaine, le site kwarat.com qui répertorie les formulaires et listes de documents administratifs se tweete et se partage à vitesse grand V. Un succès non programmé qui a pris de court ses fondateurs comme le raconte à Liberté Yacine Terki, l’un des quatre initiateurs du projet.

C’est un rêve caressé par tous les Algériens : obtenir en un clic le formulaire ou la liste des documents à fournir pour son dossier de visa, CNAS, AADL, etc. Fini les déplacements à répétition pour obtenir les informations, terminé les journées perdues pour finaliser ledit dossier. Alors, forcément, quand un site propose de tels services avec pour slogan « Et l’administration devient plus simple », le succès est immédiat. « Nous envisagions de faire le lancement à la rentrée de septembre mais des internautes ont déniché le site, s’en sont emparés et l’ont partagé sur les réseaux sociaux », explique à Liberté Yacine Terki, l’un des quatre fondateurs du projet kwarat.com.

Les élèves du CEG le 23/07/2016 à 06h05

En déambulant dans mon quartier j'aperçois une affiche placardée au mur qui recevait en général des avis de décès. Oh quel bonheur ! celui-ci concerne la vie, et pas n'importe laquelle, elle annonce un rassemblement d'anciens du CEG pour ce jeudi.
Une rétrospective de l'innocence, d'un labeur, d'une construction effective de la personnalité algérienne et bien plus.
Cette retrouvaille attendue dégèle des journées accaparées par des infos sur le putsch en Turquie, l'affaire Elkhabar, la cherté de la vie et oū et comment prendre quelques jours de repos après une année de travail, puis-je parler des vacances ?
Pour ne pas me perdre dans les dédales de mon quotidien, je pense et je fais appel aux participants pour que cette journée dépasse les boubous, elles sont nécessaires, mais qu'ils tracent un plan d'action porteur d'un projet capable de faire reculer les idées rétrogrades et faire avancer celles qui mènent à un " bien-vivre ensemble ". Ce plan de soutien permettra aux actuels apprenants et à venir de s'en inspirer des cursus scolaires et de l'impact du développement du pays par les anciens de cette prestigieuse école.
Je constate que leur ardeur dans l'innovation, leur peine à maintenir un niveau acceptable ne s'est pas fléchie au contraire, malgré la tendance négative.
Très actifs sur les réseaux sociaux et chacun dans son domaine, mais il faut que cette frange la société ne s'arrête pas en si bon chemin et soit plus active au sein de cette association.
Bon jeudi à tous

19.07.2016 15:25

Le putsch de la Turquie ruine des agences de voyages le 23/07/2016 à 06h04

Le malheur des uns ne fait pas souvent le bonheur des autres. C'est du moins ce que l'on a relevé chez plusieurs agences de voyages et du tourisme à travers le pays. Habituellement très surchargées à gérer un flux important, ces dernières 48 heures, le putsch à Ankara a refroidi d'un coup la machine. Les visiteurs ne viennent plus s'inscrire pour prendre part à des voyages organisés dans les villes turques comme Istanbul. Bien au contraire, ceux qui étaient déjà inscrits annulent purement et simplement leurs réservations. On devine aisément l'embarras des voyagistes lorsque tous leurs clients réclament d'être remboursés. Qu'attendent donc ces agences pour défendre et promouvoir la destination Algérie?

Source : L'expression

18/07/16 23:27

Lettre de Slimane Benaissa au président de la république le 04/07/2016 à 12h26

Dans la lettre écrite par Slimane Benaissa au président de la République au sujet de l'internement de son fils dans l'affaire KBC, j'ai relevé ce paragraphe sublime dans un moment pathétique.

"J’espère que la vie m’évitera cette déchéance. Nous avons éduqué nos enfants pour qu’ils nous éduquent. Nous avons aimé nos enfants pour qu’ils nous aiment. Nous les avons accompagnés dans la vie pour qu’ils nous accompagnent dans la mort".


La route a tué plus de 1500 personnes en 6 mois le 29/06/2016 à 16h45

Les accidents de la route ont baissé durant ces 5 premiers mois de l’année en cours, mais le spectre de la mort continue à planer et l’hécatombe persiste.

C’est la conclusion qui peut être tirée du bilan du Centre national de prévention et de sécurité routières (CNPSR) dévoilé hier. Ce dernier fait état de 1520 personnes décédées et 17 349 blessées dans 11 663 accidents de la route enregistrés au niveau national durant cette période. Dans une comparaison avec la même période de l’année écoulée, une diminution est constatée. Le nombre de personnes décédées a chuté de 151 morts, tout comme celui des blessés, qui a enregistré une baisse de -5025 et le nombre d’accidents avec -2718. Il faut dire que malgré cette baisse sensible, le phénomène des accidents de la route est bien loin d’être contré.

D’après le directeur du CNPSR, Ahmed Naït El Hocine, l’Algérie enregistre chaque année quelque 4000 morts et des dizaines de milliers de blessés, outre les pertes économiques estimées à des dizaines de milliards suite à ces drames routiers. La moyenne journalière, qui est 12 morts et 160 blessées, donne des frissons. Durant ces dernières 24 heures, les services de la Gendarmerie nationale ont enregistré, sur tout le territoire, 20 accidents de la circulation routière à travers 15 wilayas du pays.

Ils ont engendré le décès de 5 personnes, des blessures à 35 autres et des dégâts matériels importants à 30 moyens de locomotion impliqués. La veille, les mêmes services sont intervenus sur 24 accidents de la circulation routière causant la mort sur place de 10 personnes et des blessures à 36 autres. Quelque 28 véhicules impliqués ont été endommagés.

Malgré toutes les campagnes de sensibilisation et les dispositifs de contrôle et de veille, les causes restent les mêmes. En premier lieu, le facteur humain est le principal vecteur. Il est suivi par la situation des routes, puis les défaillances des moyens de locomotion en 3e position. En ce mois de Ramadhan, où le manque de sommeil est prédominant, la vigilance reste plus qu’indispensable. 

Asma Bersali